• Rejoindre Faire Don

Entretien avec Véronique IACIU, directrice artistique et communication du Festival du Périgord Noir

Lors de la publication de la carte Blanche 2017, avant programme du Festival, nous avons rencontré Véronique IACIU, sa directrice artistique depuis plus de 20 ans, pour mieux comprendre les rouages d’une saison au Festival. Un entretien chaleureux dans lequel Véronique nous fait partager sa passion pour son métier... et la musique !

Comment est choisi le thème saisonnier, fil conducteur de la programmation ?
C’est une question récurrente (que me posent souvent mes filles !) celle du montage d’une saison musicale et cela fait sans doute partie de l’alchimie, de la magie de ce métier qui est très créatif. Je suis très gourmande de nature alors je compare souvent cela à la préparation d’un gâteau : on choisit avec soin les ingrédients et ensuite on les ajoute (dans le bon ordre !) pour obtenir un mélange qui, une fois sorti du four, sera gonflé à point et très appétissant. Et bien mes ingrédients à moi c’est un petit carnet dont je ne me sépare jamais et sur lequel je note mes coups de cœur musicaux : jeunes ou moins jeunes artistes entendus en "live", derniers enregistrements intéressants, entretiens avec d’autres programmateurs et artistes, etc.

Il doit y avoir beaucoup de petits carnets au bout de 24 ans de programmation !
Oui, beaucoup de petits carnets de notes ! J’élabore au cours de l’automne, en fonction de la diversité des lieux patrimoniaux du Festival et des dates requises, une première « maquette musicale » qui va s’enrichir rapidement lors de mes discussions avec les agents artistiques sensibilisés. Une fois les ingrédients choisis (nos chers artistes), il ne reste plus qu’à organiser le tout en dégageant des lignes directrices qui seront en cohérence avec les attentes de nos festivaliers et en lien avec celles de nos partenaires. L’originalité des programmes est, bien sûr, un élément primordial pour moi et c’est souvent au cours des échanges passionnants avec les artistes que j’arrive à proposer aux festivaliers des programmes originaux en résonance avec nos lieux patrimoniaux.

Des artistes internationaux mais également pas mal d’artistes locaux ont été invités dans les dernières saisons du Festival...
Oui, j’essaie d’être attentive aux propositions d’artistes locaux et régionaux qui ont toute leur place dans notre programmation, en particulier lors de la journée d’ouverture du Festival.

VI
VI

Photos : Véronique IACIU avec Jean-Luc SOULÉ, président du Festival du Périgord Noir. Véronique IACIU avec les musiciens Vassilena SERAFIMOVA (marimba) et Thomas ENHCO (piano, violon)

Revenons à la recette du gâteau !
Au bout de quelques semaines, quand je commence à voir le "gâteau" prendre forme, je le teste sur mes amis, les proches du Festival et j’enregistre les remarques diverses. La forme est donnée et progressivement, un titre se dégage naturellement. C’est très important ce titre qui est, je l’avoue souvent issu d’un "brainstorming" collectif avec Jean-Luc SOULÉ, le président, et l'équipe du Festival. Il reste ensuite à donner une identité visuelle à tout cela en lien avec le studio graphique. Je suis très présente à ce moment-là également car c’est l’image du Festival qui est en jeu. 
En décembre, le Conseil d'Administration du Festival valide les grands axes de la saison musicale et le nouveau visuel associé. Nous pouvons alors commencer à réaliser l’avant-programme, intitulé « Carte Blanche », avec toute l’équipe du Festival.

La diversité dans une programmation musicale, est-elle essentielle ?
La cohérence musicale d’une programmation, toute empreinte d’une grande diversité, est, à mon avis, la nature même d’une saison musicale réussie. Alors, je suis très satisfaite quand d’autres programmateurs ou artistes bien connus du grand public mélomane (le compositeur Thierry ESCAICH ou Bernard FOCCROULLE, le directeur du Festival d’Aix-en-Provence) me complimentent, par exemple sur la cohérence de la saison 2016 du Festival du Périgord Noir. Et bien sûr, je suis également très sensible aux remerciements à la fin des concerts des festivaliers souvent très émus de la prestation artistique. La musique est une histoire de partage et l’alchimie que j'évoquais plus haut est aussi celle de transmettre ce précieux capital au public présent. Un bon gâteau cela se partage entre amis !

Le format du concert semble avoir évolué ces derniers temps...
Oui, aujourd’hui tout bouge très vite, les concerts "flash" font fureur, la Philharmonie de Paris brade ses places en amont des concerts, Henri DEMARQUETTE et Thomas ENHCO jouent à la Gare du Nord à Paris, etc. Le public mélomane du classique veut de la nouveauté, du consommable en famille ! Le format traditionnel du concert bouge : plus court, voire interactif, mêlant des styles de musiques différentes, le seul nom de SCHUBERT ne suffit plus à attirer les mélomanes ! 
Nous sommes un festival étiqueté musique classique et baroque, bien que le jazz soit présent depuis sept ans dans la programmation, mais nous sommes noyés dans une forêt de 250 festivals en France ! Donc pour être visible et donner envie, il faut être créatif et décliner des formules de concerts innovantes avec des artistes prometteurs de talent mais accessibles d'un point de vue financier. 
Le jeune claveciniste Jean RONDEAU, qui viendra en Périgord l’été prochain, incarne bien cette nouvelle tendance et son Trio JASMIN TOCCATA, mêlant luth, clavecin baroque et percussions iraniennes est très significatif de l’appétence du public pour des formats différents.
Le contre-ténor Pascal BERTIN qui donnera une création intitulée "Amor à mort" en l’église d’Auriac en compagnie de la soprano Camille POUL et des membres du Concert d’Astrée s’inscrit lui aussi dans cette révolution qui bouscule un peu les frontières du baroque et de la variété. 

EVI
EVI
EVI

Quelques mots en avant-première sur les temps forts de la saison 2017 ?
Tout d’abord un thème « Musiques autour de Lascaux » et un nouveau visuel 2017, en écho à la grotte magique que l’on pourra redécouvrir au Centre international d’art pariétal de Montignac "Lascaux 4", récemment ouvert.
J’aime évoquer les nouveautés, comme cette classe d’improvisation avec des jeunes pianistes de Conservatoire de la Dordogne autour de Karol BEFFA toujours très inspiré pour improviser sur des films muets, la Carte blanche au jeune claveciniste Jean RONDEAU, les superbes concerts BACH, sous la direction du jeune chef Iňaki Encina OYÓN, dans le cadre de l’Académie de musique ancienne avec plus d’une trentaine de jeunes chanteurs et musiciens. Enfin à Saint-Léon-sur-Vézère, au cœur du Festival, la tradition romantique pour marquer les 30 ans du Trio WANDERER en trois concerts ainsi que la venue de Jérôme DUCROS, avec les lauréats de la Fondation SAFRAN pour la Musique, sans oublier un récital exceptionnel du pianiste Nicholas ANGELICH
Beaucoup de jeunes organistes talentueux à Sarlat seront présents, dans le cadre de la Semaine de l’Orgue, pour accompagner la venue du grand organiste Michel BOUVARD qui donnera un récital pédagogique exceptionnel sur le fameux orgue Lépine de la Cathédrale de Sarlat, ouvert à tous le 5 septembre.

Un coup de cœur dans la saison 2017 ?
La présence de la belle chanteuse franco-brésilienne Agathe IRACEMA, lors de la soirée Génération Spedidam du 26 juillet, en collaboration avec le festival « Cultures aux cœurs » à Montignac.

Le lancement de la saison 2017 se fera à Bordeaux cette année ?
Oui, c'est une nouveauté ! Nous en sommes ravis car l’espace qui va être mis à notre disposition pour faire ce lancement de la saison 2017, le 9 juin prochain, est formidable ! La Station Ausone de la Librairie MOLLAT va nous permettre d’envisager une présentation dynamique suivie d’un concert avec le formidable violoniste Johannes PRAHMSOHLER et son Ensemble DIDEROT. De nombreux partenaires ont répondu présents, il y aura de belles  surprises musicales.... Il faut noter la date dès à présent dans son agenda !

Biographie de Véronique IACIU
veronique 4725Véronique IACIU a mené toute sa carrière dans le secteur culturel. Directrice d’un département de relations publiques au sein d’une agence de communication parisienne, elle s’est engagée ensuite dans le secteur de la musique classique comme attachée de presse de l’Orchestre de chambre de Paris, puis comme directrice artistique depuis vingt ans du Festival du Périgord Noir.
Elle est par ailleurs complètement investie dans le monde de l’art contemporain et a été directrice pendant dix ans du bureau parisien International Art Consultants, une société londonienne de location et de vente d’œuvres d’art contemporain aux entreprises. 
Passionnée par la pédagogie musicale, elle a créé plusieurs académies de musique au sein du Festival du Périgord Noir. Elle est également présidente déléguée à la communication et aux affaires internationales de France Festivals, une fédération qui regroupe 86 festivals en France.
Elle a enseigné dans le cadre du DESS de développement culturel européen à l’Université de Lille 3. Elle intervient en 2017 à Sciences-Po Lille dans le cadre du MIC (Management des Institutions Culturelles) sur le thème « spécificités et enjeux de la musique classique ».

Imprimer E-mail

Nous rejoindre

Particuliers, professionnels, associations, vous voulez contribuer au rayonnement culturel du Périgord, rejoignez-nous ! Découvrez les avantages spécifiques que nous vous offrons, en contrepartie de vos dons, et la fiscalité attractive accordée aux donateurs privés.

EN SAVOIR PLUS

Faire un don

Pour que la musique soit au cœur de la vie solidaire du Périgord, engagez-vous à nos côtés ! Vous compter parmi nos soutiens actifs est essentiel à la réussite du Fonds de dotation du Périgord Noir.

FAIRE UN DON